Mouvements dans le lamellé-collé

Source:
Fordaq JT
Visites:
974
  • text size

CMBP annonce que par la reprise du site de Barlet en liquidation, il devient le premier lamelliste de France avec 25 000 m3 de production annuelle. Il est question en effet de réembaucher sur ce site et de disposer d'une capacité de production qui va permettre de répondre aux demande avec la plus grande réactivité.

La plupart des lamellistes accumulent ces dernières années des pertes qui poussent à la restructuration. Pourquoi ? Est-ce que la remise en cause du décret de 2010 les a touchés de plein fouet ? Ou est-ce la baisse de la commande publique ? Il semble bien que le marché diffus de la barre soit accaparé à des prix défiant toute concurrence par les Allemands qui livrent les coopératives et les négoces, pour la bonne raison que le BLC est devenu les standard allemand de la construction à ossature bois et que la France devient pour ainsi dire, au moins de temps en temps, un déversoir de déstockage. Restent les marchés des poutres courbes ou à inertie variable. Sans compter les initiatives pour utiliser des essences locales comme le Douglas ou chez Weisrock le hêtre, ou chez Simonin le chêne.

CMBP dans l'Eure-et-Loir est un spécialiste de la poutre droite, et des marchés industriels. Lorsque l'entreprise a brûlé en 1999, l'argent de l'assurance a été investi dans la reprise et le maintien du site de Gauthier, alors en dépôt de bilan. Un grand site breton à forte capacité désormais et dont l'activité s'étend aux poutres cintrées.

CMBP a décroché récemment le grand chantier du Centre équestre de la Fédération Nationale d'Equitation, à Lamotte-Beuvron dans le Loir-et-Cher. Le groupe se fournit essentiellement en Scandinavie mais Barlet avait une activité également dans le BLC de Douglas.

Si les 24 sites d'immeubles "à vivre" en bois se réalisent, qu'ils restent en bois, cela devrait générer de l'ouvrage par vases communicants ou en sous-traitance, dans la mesure où le groupe n'est pas du tout présent actuellement sur ce segment où se positionnent Mathis et Simonin notamment.

Lire le communiqué

 

 

Postez un commentaire