Crise du chêne : dans l'attente du 11 juillet

juillet 09, 2018
Source:
Fordaq JT
Visites:
646
  • text size

Les nouvelles dispositions de labellisation UE de l'ONF pour le chêne seront examinée dans le cadre d'une nouvelle commission feuillus créée à l'instigation du nouveau président de FBF, Michel Druilhe, le 11 juillet prochain. Les parties prenantes invitées attendent apparemment la réunion pour prendre position. C'est en tout cas la démarche adoptée par Antoine d'Amécourt, président de Fransylva. Sur ce dossier, l'UCFF a d'ailleurs tendance à se référer à Fransylva qui représente les propriétaires forestiers. La FNB n'a pas souhaité s'exprimer. Quant à SFB, non présent le 11 juillet, son président David Callouel analyse la situation nouvelle de la façon suivante : "Les petites scieries achètent peu aux ventes ONF, davantage aux exploitants ou aux gros acheteurs ONF, par exemple des surbilles. Désormais, pour le faire, elles devront être labellisées, du moins pour ce qui concerne le chêne. Or, les petites scieries transformaient mais aussi exportaient les qualités secondaires qui ne trouvaient pas preneur en Francce. Ce qui veut dire qu’elle s’astreignent elles aussi à ne plus exporter des grumes de chêne qu'elles pourraient être amenées à acheter ailleurs, notamment aux petits propriétaires forestiers. S'ajoute une clause interdisant à des personnes ayant des parts dans la société labellisée d’exercer une autre activité dans le bois, qui reviendrait à réserver la transformation du chêne français à des scieurs ou merrandiers purs. La nouvelle mesure de l'ONF fragilise dangereusement les petits transformateurs français de chêne qu'il était pourtant justement question d'aider à survivre".