Pin maritime: prix toujours fermes dans le sud-ouest

Source:
RW/Fordaq
Visites:
4206
  • text size

Les prix du pin maritime se tiennent dans le sud-ouest

C’est une bonne nouvelle pour les propriétaires forestiers du sud-ouest. Dans un marché des bois ronds résineux qui a tendance globalement à s’essouffler, le pin maritime tient bon le cap. Sur l’année 2015, ses prix en forêt sont restés orientés à haut niveau et, sur les six derniers mois de l’année, la stabilité des cours a prévalu.

Ce constat concerne en particulier les bois de volume supérieur à 1 m3 destinés aux sciages. « En fin d’automne, les gros bois de 1,5 m3 et plus se commercialisent toujours sur la base de 40 euros/m3 sous écorce sur pied », constate Emmanuel de Montbron, gérant d’un groupement forestier en Gironde et d’une société commercialisant les bois de divers propriétaires privés. Depuis juin 2013, les cours du pin maritime sur pied se sont revalorisés en moyenne de 30%, avec une hausse atteignant même 50% pour les petits bois de 0,5 m3 (voir tableau ci-dessous).

Cette hausse très conséquente dans les volumes unitaires inférieurs explique sans doute pourquoi les prix des petits bois ont légèrement fléchi en fin d’exercice 2015 (-2% à -3% sur les six derniers mois). « Nous constatons, en effet, une légère baisse des tarifs sur les bois de trituration, sans doute en raison d’une mobilisation qui a été très active l’année dernière car les prix étaient très attractifs.» Les parcs à bois sont donc bien fournis en stocks de matière première.

Cette bonne tenue des bois ronds s’inscrit pourtant dans un contexte de marché des sciages qui ne redémarre pas. Les prix des madriers-bastaings de pin maritime ne sont pas au mieux, ceux des débits à emballage et à coffrage ont encore baissé récemment (-3% en moyenne sur le dernier trimestre pour les choix 3 et 4 selon enquête CEEB). Il faut donc chercher ailleurs la raison de ce maintien paradoxal des cours des bois ronds du pin maritime.

L’explication réside dans la disponibilité de la ressource en forêt, celle-ci n’étant pas suffisante pour alimenter la demande régionale en bois énergie, en bois de trituration (dont besoins en chimie verte), et en billons à sciages. Et pour l’avenir à court terme, personne dans le massif aquitain n’envisage un changement significatif dans le secteur des approvisionnements en pin maritime. Une étude récente (étude prospective horizon 2025, FCBA, IGN, INRA et CRPF d’Aquitaine) montre que, dans l’hypothèse d’une demande industrielle basse et d’une récolte dynamique (8 à 9 millions m3/an), il manquera 1 million m3 par an pour satisfaire les besoins industriels jusqu’en 2020 en Aquitaine.

En effet, les stocks de bois arrosés issus des chablis de la tempête Klaus sont arrivés à épuisement en 2015. Les industriels ne pourront donc plus compter que sur les coupes de bois frais. Or, après deux tempêtes majeures en l’espace de 10 ans, le massif des Landes de Gascogne est moribond. Quelque 75 millions de m3 de bois ont été jetés à terre par Martin en 1999 et par Klaus en 2009, soit l’équivalent de 10 récoltes annuelles. Pour 2016 et les années qui suivront, il faut donc s’attendre logiquement à des prix de la matière première encore soutenus sur le pin maritime dans le sud-ouest.

À FIN 2015, PAS DE BAISSE NOTOIRE SUR LES PRIX DU PIN MARITIME

                     Prix en bloc et sur pied en euros/m3 sous écorce

       Aux ventes publiques ONF des Landes

  Juin 2013 Juin 2014 Octobre 2014 Mai 2015 Octobre 2015
0,5 m3 21,9 31 34 34 33
0,75 m3 25,4 33 37 36 35
1 m3 28 34 39 37,5 37
1,25 m3 29,9 35,5 40 38,5 38,5
1,5 m3 31,4 36,5 41 40 40
1,75 m3 32,9 37,5 42,5 41 41
2 m3 34 38 43,5 42 42

Les prix du pin maritime sur pied ont augmenté en moyenne de 30% depuis juin 2013

Sur les 6 derniers mois 2015, les cours sont stables

Source : Robert Wood, d’après CRPF d’Aquitaine

Postez un commentaire