FLEGT pas encore assez sexy

janvier 10, 2019
Source:
ITTO/Fordaq/Fordaq JT
Visites:
229
  • text size

Selon une interview de trois grands importateurs parue dans la newsletter indépendante EU FLEGT Independent Market Monitor (IMM), FLEGT n'agit pas encore comme un vrai sésame sur le marché, en ce qui concerne l'acceptation de bois en provenance d'Indonésie. 

Il s'agissait des représentants de FEPCO (Belgique), James Latham (GB) et Dekker Hout (NL), déjà interrogés quant au potentiel du bois FLEGT indonésien il y a deux ans, et re-questionnés à ce sujet pour cerner d'éventuels évolutions de leur opinion.

Les trois interlocuteurs s'accorden pour estimer que le mécaniseme encourage le commerce responsable et tend à améliorer l'image du bois tropical, mais soulignent que FLEGT n'est pas une référence pour les consommateurs, dont la préférence va plutôt aux labels FSC ou PEFC. 

Selon eux, la licence FLEGT n'est pas un badge d'excellence et n'a pas pris le pas sur les considérations courantes de prix, de qualité et de disponibilité qui prévalent en matière d'achat. 

A condition de ne pas faire de compromis sur les standards, deux des interlocuteurs ont dit qu'ils aimeraient bien que d'autres pays engagés dans cette voie achèvent le processus rapidement afin que le marché dispose d'une plus large gamme de produits. Selon eux, cela pourrait contribuer à rendre le label plus attractif.  

Ils ont insisté pour que la communication s'intensifie autour des critères sociaux, économiques et environnementaux induits dans les pays producteurs et aimeraient que la commande publique prenne davantage en compte cette licence dans sa politique d'achat. 

Les trois grands importateurs ont également abordé la question du chêne, estimant que le marché a atténué son emballement et que les prix se sont stabilisés. Plusieurs d'entre eux ont estimé que cela était partiellement la résultante d'une décision italienne d'investir dans la transformation du chêne en Croatie, un pays qui maintient son embargo sur l'export de grumes de chêne non traitées, ce qui est présenté comme une mesure phytosanitaire.