Garnica perfectionne son système constructif au BAU

février 04, 2019
Source:
Fordaq JT
Visites:
403
  • text size

G-Brick est le concept constructif bois le plus original de ces dernières années. Il mise sur la légèreté des éléments et la facilité de montage. IKEA doit blêmir d'envie. Le principe est simple, des panneaux sandwich constitués de panneaux en contreplaqué de peuplier enfermant tantôt une âme isolante en XPS, tantôt, et en alternative possible du XPS en toiture, en laine de bois dense. Dans le détail, l'ensemble est raidi par des montants en contreplaqués placés en face intérieure masquée, et par des "profils de périmètre standard", des montants en contreplaqué placés en couverture de l'isolant aux extrémités du panneau et servant de raccord entre panneaux.

Il va de soi que la question du raccordement vertical entre panneaux droits se pose, de même que celle entre panneaux verticaux et structures horizontales, les panneaux G-Brick pouvant dans certaines configurations être utilisés comme planchers porteurs. Le manuel technique G-Brick Déco en français renvoie au site dédié où les détails techniques peuvent être adressés sur demande.

L'épaisseur des panneaux de contreplaqué extérieurs est de 10 mm. Les deux dimensions disponibles en hauteur sont 2,5 m et 3,1 m pour des largeurs de 2 x 60 cm très habituelles pour le marché français. Trois épaisseurs d'isolants sont proposées, 30, 100 et 120 mm, mais on trouve aussi mention de 150 et 200 mm. Dans la configuration la plus défavorable de 120 mm, un panneau pèse presque 50 kg.

Le concept n'est pas tout à fait nouveau puisqu'il a déjà été expérimenté en 2012 dans le cadre du Solar Decathlon et que plusieurs maisons ont été construites, y compris en France et notamment une maison individuelle à Rueil-Malmaison. Pour rappel, Dow avait déjà expérimenté il y a vingt ans le concept d'un emploi des panneaux XPS à des fins constructives, avec quelques maisons en Alsace sur les bords de l'Ill. Mais à l'époque, le XPS n'était pas en sandwich entre deux contreplaqués. Garnica argumente en détail son choix de l'XPS en préférance d'isolants biosourcés. Il est clair que la rigidité de l'XPS contribue à la performance du panneau sandwich. Par contre, comme c'était déjà le cas pour les maisons Dow, le système constructif dispose d'une faible inertie.

Pour le coup, évidemment, on se retrouve face à une option non couverte par le DTU 31.2.. La performance d'isolation thermique en 120 mm est évaluée à R=3,78, soit plus que ce qui est demandé aujourd'hui en rénovation. Qui des freins vapeur ? Quelles solutions en façade ? Il existerait incontestablement un marché pour le G-Brick en France, habitat de loisir, constructions modulaires, surélévations, maisons sur l'eau... Sur le plan écologique, il serait intéressant de pouvoir disposer aux portes de Paris d'un site de production de ces panneaux, mais on n'en est pas là. Pour l'heure, Garnica démarre seulement la première tranche de construction d'un site de production, à Troyes, de placage de peuplier qui seront rapatriés en Espagne pour la fabrication de panneaux. Si tout se passe bien sur le plan du marché et des disponibilités de matière première, à terme, les panneaux seront produits à Troyes mais cela représente déjà un investissement considérable. La perspective de voir éclore en région parisienne des surélévations en G-Brick fabriqués localement à partir de peuplier français, et acheminés pourquoi pas par voie fluviale, est de la science-fiction. Elle pourrait cependant contribuer à stimuler la replantation d'essences adaptées à de usages constructifs.