Forum Bois Construction en biosourcé

Source:
Fordaq JT
Visites:
3455
  • text size

Dans une semaine, à la Cité internationale de Lyon, le Forum International Bois Construction, à l'occasion de son premier atelier parallèle A1, fera la part belle à trois projets régionaux de gymnases où la structure bois est associée à l'isolant en paille. Pour le Forum, il s'agissait de mettre l'accent sur le biosourcé dans le droit fil de la COP21, et à l'heure des premières opérations de construction ayant obtenu le label biosourcé, comme les 17 logements de Montreuil en R+5 bois par A003architectes, opération présentée au Forum de Nancy l'an dernier.

La paille n'est qu'un isolant biosourcé parmi d'autres comme principalement la fibre de bois, la ouate de cellulose, le chanvre, le lin, le textile recyclé, la laine de mouton, etc. Par rapport aux isolants biosourcés dominants et dont le process est fortement industrialisé (ouate et fibre de bois), la paille est perçue comme la solution biosourcée à l’état pur, la grande alternative. C’est aussi la meilleure amie du bois, l'ossature fournissant les alvéoles porteuses. A moins que la paille ne devienne elle-même auto-porteuse. En attendant, il est logique que dans un pays agricole comme le nôtre, l’architecture avec isolation en paille soit particulièrement avancée, comme en témoignent, au Forum Bois Construction de Lyon, l’atelier A1 qui compare trois éminents projets régionaux de gymnases isolés avec ce matériau. L’été dernier, le maire de Lyon Métropole s’emporte devant les médias contre la construction bois et notamment le bois en façade « qui pourrit ». Cela se passe à l’occasion d’une visite du gymnase de la ZAC du Bon Lait à Gerland. Un concours remporté par une agence-phare du Vorarlberg, Dietrich/Untertrifaller, assisté de Tekhnê, l’une des meilleures agences française de l’architecture bois. Et du Bureau d’études bois Arborescence. Zone alpine, le Vorarlberg a remis au goût du jour le grisaillement naturel des façades en bois, éventuellement pré-grisées pour conserver un aspect équilibré pendant la durée du processus. Mais Lyon est une ville romaine, marquée par la tuile, la brique. Métropole d’une grande région du bois, elle a menée avant d’autres villes françaises des opérations qui se sont parfois soldées par des échecs. Selon l’édile, même l’usage récent du bois dans le nouveau quartier Confluence laisse à désirer. Lyon cristallise ce problème réel, le gymnase de Gerland est incontournable dans le cadre de la 6e édition du Forum International Bois Construction, qui se déroule pour la première fois à Lyon. D’autant que le marché du gymnase en bois est dynamique, et que d’autres acteurs éminents achèvent, dans la région, des ouvrages de première qualité. Tout invite à les confronter au sein d’un atelier thématique parallèle d’autant que les trois gymnases de Gerland, Rillieux-la-Pape et Alby-sur-Chéran ont un autre point commun, à savoir une isolation en paille.

L’impulsion Gaujard

Ce choix n’est pas sans rapport avec le fait que les trois gymnases font appel au même bureau d’études bois, Arborescence, particulièrement actif dans le grand Sud-Est. Arborescence est, avec la Scop Gaujard, l’un des grands promoteurs de la construction bois associée à la paille. La Scop Gaujard bataille ferme pour imposer la paille depuis une époque pas si lointaine où ce matériau était employé comme pied de nez idéal aux industriels par le monde alternatif de l’auto-construction. Depuis, la paille s’est intégrée dans le projet de La Boiserie à Mazan, cet aménagement culturel qui constitue un peu le point de départ de la grande architecture biosourcée en France. Le bois-paille s’est structuré au niveau national et s’est doté de règles professionnelles. A St Dié dans les Vosges, associé à des panneaux porteurs en CLT, elle a grimpé jusqu’à 7 étages malgré l’avis défavorable du bureau de contrôle. En région parisienne, la paille est venue isoler des crèches, des écoles, des groupes scolaires, et la Scop Gaujard a même fait réaliser un essai au feu pour montrer que paille ne rime pas, mais pas du tout, avec Pailleron. Mais la paille est une véritable épine dans le pied du monde de la normalisation. Il faudrait que l’agriculteur qui fait pousser du blé dans son champ fasse la démarche d’obtenir un avis technique. Sinon, chaque bureau de contrôle sourcilleux va demander une ATEX, comme c’est le cas actuellement pour un projet parisien intra muros de Paris Habitat.

En arborescence

Pourquoi trois gymnases avec de la paille ? C’est qu’Arborescence en a fait une solution standard pour ce type d’ouvrages : grande hauteur droite, ossature épaisse. Si l’ossature fait 36 cm, autant la remplir de paille. La paille est généralement déposée dans les alvéoles de l’ossature constituée d’un panneau 3 plis d’un côté, et d’un panneau en fibre de bois dense de l’autre, afin de permettre une certaine respiration. L’aventure a démarré avec le gymnase de Crest, un peu à la même époque que la scop Gaujard. Le grand avantage, c’est que ce type d’ERP n’a pas d’étage. Pour les logements, c’est souvent plus compliqué.

ZAC du Bon Lait

Les présentations des trois projets, dans le cadre du Forum Bois Construction de Lyon, fournissent les précisions suivantes. Dans le cas du gymnase de Gerland, les murs à ossature bois sont préfabriqués en modules rectangulaires de dimensions maximum l.= 2,50 m x L.= 5,00 m. Ils sont composés d’un cadre de montants et de lisses en BLC refendu 45x370. Les cadres sont assemblés côté intérieur sur un panneau d’OSB d’épaisseur 18 mm, recouvert d’un film pare-vapeur scotché en continuité, recouvrant également les poteaux et lisses de structure pour assurer une parfaite étanchéité à l’air. Une isolation thermique en bottes de pailles est insérée en garniture des caissons d’ossature. Un panneau de fibres de bois d’épaisseur 35 mm ferme les caissons côté extérieur des ossatures en lés horizontaux rainurés-bouvetés. Ce dernier recouvre également les poteaux et lisses de structure principales pour couper les ponts thermiques relatifs. Un film pare-pluie est fixé en continuité pour garantir l’étanchéité à l’eau derrière le bardage ventilé. L’ensemble est protégé mécaniquement côté extérieur par un bardage ventilé en mélèze pré-grisé en lames fixés verticalement sur 2 lits croisés de tasseaux et liteaux. Les tasseaux verticaux sont fixés sur le pare-pluie au droit des montants d’ossature bois à travers l’isolant extérieur continu. Une grande attention est portée sur le chantier à la protection provisoire des têtes de murs et le raccordement rapide des films pare-vapeur et pare-pluie pour éviter toute reprise d’humidité par infiltration d’eau lors d’intempéries. 

Alby-sur-Chéran

Présenté à Lyon par l’architecte Véronique Klimine (R2K architectes), le projet se compose de trois entités : un gymnase, un auditorium et une école de musique dont l’entrée commune est centrée sur un paysage alpin. Le socle enterré de 3,50 m est réalisé en béton, brut ou poli, isolé par l’extérieur et étanché. Au-dessus, les murs ossatures bois préfabriqués de 6m de haut arrivent avec un pare pluie de protection. Des parements acoustiques compléteront le tout avec une pose sur chantier. Ces panneaux composés de lisses et de montants de 36 cm d’épaisseur sont emplis d’isolation en bottes de paille. Des compléments en laine de bois de 35mm en extérieur et de 80mm de laine minérale en intérieur permettent d’atteindre les performances thermiques et acoustiques de l’enveloppe. Des autocontrôles sur l’hygrométrie des murs sont réalisés lors de la préfabrication, et des suivis de contrôles après la mise hors d’eau du bâtiment.

Rillieux-la-Pape

Le gymnase de Rillieux-la-Pape est déjà livré et gratifié de plusieurs distinctions, ne trompant pas sur le fait qu’il émane de la dream team Tectoniques, Arborescence, Lifteam, qui précise les informations suivantes : Les structures verticales ont une épaisseur qui rend judicieuse l’utilisation de bottes de pailles de 36 centimètres d’épaisseur. Une fois de plus, cette épaisseur importante est due à la grande hauteur des façades porteuses. La correspondance d’épaisseur entre structure et isolant permet de réaliser parfaitement la continuité du film pare-vapeur et d’étanchéité à l’air côté intérieur et la continuité de l’écran pare-pluie côté extérieur. Les murs à ossature bois sont préfabriqués en modules rectangulaires (2,65 x 6,30 mètres). Ils sont composés comme à la ZAC du Bon Lait d’un cadre et de montants en BLC refendu 45x370. La stabilité est assurée par des diagonales en tendeurs métalliques ajoutées côté intérieur des parois et dissimulées derrière le parement intérieur. Les 2 000 m2 de composants d’enveloppe sont préfabriqués sous forme de caissons et montés en mur-manteau, autour de la structure. Le complexe comprend, depuis l’intérieur, les panneaux de trois plis épicéa posé sur lattage, le panneau OSB de fond de caissons, l’ossature des caissons de 36 centimètres de profondeur remplis en bottes de paille, un panneau isolant de 40mm en fibres de bois puis le pare-pluie et le bardage constitué de plaques en trois plis douglas sur lesquelles sont fixés des carrelets eux-aussi en douglas de provenance régionale.

A l'heure où d'autres régions françaises se positionnent en pointe sur la construction bois, les trois gymnases bois-paille, ambitieux à tous points de vue réaffirment, entre autres projets, la vocation de la nouvelle grande région à continuer de mener la bataille pour le développement de la construction bois en France.

Postez un commentaire