Hausse de l’indice CEEB des sciages à palettes

Source:
SYPAL
Visites:
6903
  • text size

Publié le 20 mai, l’indice CEEB des sciages à palettes enregistre au 1er trimestre 2014 une progression de 3,21%. Une tendance à la hausse qui, selon le SYPAL, n’est pas prête de s’inverser. La hausse des prix de ventes de palettes bois est-elle inéluctable ? C’est ce que semble confirmer les chiffres relayés par le SYPAL, devenu depuis mars une commission au sein de la Fédération Nationale du Bois (FNB), qui avait largement communiqué en octobre 2013 son inquiétude sur le phénomène. Publié le 20 mai dernier, l’indice français du Centre d’Etudes de l’Economie du Bois (CEEB), élaboré sous délégation de l’INSEE et de l’AGRESTE, référant à la matière, vient ainsi confirmer les prévisions du SYPAL. Sur le 1er trimestre 2014, celui-ci progresse de 3,21%. Une tendance à la hausse qui se poursuit et s’accélère puisque l’indice CEEB a progressé consécutivement de 6,64% sur les trois derniers trimestres (122 contre 114,4) pour retrouver son cours d’avant crise et tempête KLAUS du 1er trimestre 2008. Pour Jean-Louis LOUVEL, Président de la Commission Palettes SYPAL, « l’indice CEEB reflète une moyenne nationale. Si nous détaillons par essence de bois, le pin maritime, augmente de 4,96% sur le 1er trimestre 2014 et le douglas de 4%. Sur ces trois derniers trimestres, la hausse est même plus prononcée avec 9,2% pour le pin maritime et 8,65% pour le douglas. Les deux essences représentant à elles seules 45% de la production française de sciages à palettes ». Un phénomène qui n’est pas pour autant propre à la France. L’indice européen FEFPEB est également en hausse dans bons nombres d’états membres sur les neuf derniers mois : +19% au Royaume-Uni, +10,2% en Suède, +5,46% en Allemagne, +4% en Italie et +1,15% au Pays-Bas.

Une tendance qui n’est pas prête de s’inverser

De nouvelles hausses du prix des sciages à palettes ont été constatées dès le 1er avril 2014 et sont encore à prévoir sur le 3ème trimestre 2014. D’ici à la fin de l’année, la commission palettes SYPAL prévoit même que l’indice CEEB atteindra son niveau du 4ème trimestre 2007 (127,3), le plus haut jamais enregistré sur ces dix dernières années. « Les hausses consécutives sont liées à des effets conjoncturels de raréfaction de la matière première bois et des difficultés de mobilisation et de disponibilité » explique le Président de la Commission palettes SYPAL. « A quoi s’ajoute d’importantes pluies qui ont considérablement nuit à l’exploitation de la forêt et l’accélération des exportations massives de la Chine qui est devenue le 2ème pays consommateur de bois après les Etats-Unis ». Entre 2012 et 2013, les exportations de l’Europe vers la Chine ont progressé de près de 200% et triplé pour les billons résineux utilisés pour la production de sciages à palettes. La France est devenue le 1er fournisseur européen en bois de la Chine représentant à elle seule 27,4% des exportations. Des fabricants de palettes qui subissent un « effet ciseau » En raison de la hausse de la matière première, 54% des fabricants de palettes constatent un niveau de marge qui se dégrade encore sur le 1er trimestre 2014. De nombreuses entreprises se trouvent dans une position délicate, confrontées à un « effet ciseau » : la matière première étant revenue à son cours d’avant crise et tempête KLAUS sans que pour autant les prix de ventes ne soient ceux de 2008. « Les clients ne peuvent ignorer ce phénomène au risque de voir disparaitre de nombreux intervenants, de la même manière qu’une scierie disparait tous les 2 jours en France » alerte Jean-Louis LOUVEL. Des marges réduites et un « effet ciseau » qui ont pour conséquences immédiates des intentions d’investissements et d’embauches en forte baisse. Seuls 22% des professionnels du secteur de la palette bois envisagent d’investir et 16% de recruter. Suite à la fusion du SYPAL avec la FNB, la publication de l’indice CEEB est dorénavant disponible sur le site de la FNB : http://www.fnbois.com/fr/actus_ceeb

A propos de la FNB

La FNB est l’une des principales organisations professionnelles françaises des entreprises de la filière forêt-bois. Au-delà d’un maillage territorial, la FNB fédère 80 organisations nationales, régionales ou métiers dédiés au bois français et à son utilisation. Elle représente ainsi 1750 entreprises pour 5 milliards d’euros de chiffres d’affaires. La raison d’être de la FNB réside dans son rôle de représentant institutionnel auprès des instances politiques, administratives, professionnelles, économiques et sociales, et y compris à l’échelon européen.

Postez un commentaire