Blokiwood triple sa surface de production

Source:
Fordaq JT
Visites:
805
  • text size

Blokiwood triple sa surface de productionTandis que les anciens locaux ne disposaient que d'une surface de production de 400 m2 plus 200 m2 de stockages loués, à dix minutes du siège, Blokiwood se déploie désormais sur une surface de 1600 m2 intégrant le stockage. L'année 2021 a été compliquée dans la gestion des approvisionnements et des envolées tarifaires, mais pas en termes de sinistres tant que le concept constructif de Joël Ménard semble bien adapté à la mise en oeuvre par autrui, tant grâce aux possibilités de stockage sur camion des modules fermés allongés hauteur d'étage que par la solution de jonction des éléments entre eux.

Le brevet a été déposé en 2009 et c'est une aubaine pour le monde de l'OSB puisque cinq des six faces des éléments sont en OSB collés entre eux et pressés selon une approche spécifique. La quatrième face est, pour des questions de respiration, un Fibertech d'Unilin ou équivalent. De l'OSB en 2021 ? Apparemment, Swiss Krono reconnaît l'intérêt de Blokiwood et les livraisons n'ont pas été trop retardées (mais Swiss Krono n'est pas au capital de Blokiwood). Même chose pour la laine de bois qui n'a pas connu de retard pour ce qui est du vrac.

En 2021, la levée de fond en juillet s'est faite sur un moment qui n'en restait pas moins difficile car Blokiwood, qui livre toute la France et même en Belgique, expédie non seulement ses éléments spécifiques mais aussi tout ce qui est nécessaire pour construire. Et là, il y a eu des retards de livraison et des envolées de prix. Robin Trolez de Blokiwood  : "Les prix d’achat ont monté mais nous avons essayé de ne pas envoler les prix de vente, nous avons rogné sur les marges, par contre, nous avons pu livrer tous nos chantiers en temps voulu, nous n’avons eu aucun retard de livraison pour nos client".

Blokiwood triple sa surface de productionLa production du Blokiwood a commencé en 2012 avec une Atex en 2016 transformée en 2018 en CTB composant et système du FCBA qui demande désormais à passer le stade de l'avis technique. Pas facile de faire des avis techniques sur des solutions constructives de maisons. Et puis il s'agira d'utiliser l'At pour assurer les maisons. La route est encore longue et à ce titre, tout en jetant actuellement les base de l'avis technique Blokiwood prépare une nouvelle levée de fond en crowd-funding WISEED. La franchisation n'est pas d'actualité.

Il est notable que la France dispose ainsi, avec Techniwood, Blokiwood et d'autres, de développements industriels qui prennent de l'envergure et ne se cantonnent pas à des idées en l'air. Dans le milieu du bois, l'approche frugale commence à se faire les dents sur le CLT et l'OSB, mais tout le monde ne doit pas être du même avis. L'un des intérêts du Blokiwood semble être sa simplicité, qui est exactement ce dont on a besoin dans une période de crise de main d'oeuvre et de personnel.

A l'avenir, le bâtisseur biosourcé doit savoir ce qui se produit à proximité et notamment sur le territoire français et comment il pourra l'utiliser, avec quels délais. Il manque aujourd'hui un outil pour manier l'apport de ces différents sites de production, de même que l'approche de préfabrication spécifique pour des ouvrages allant au-delà de la maison reste à développer.

Il manque au marché un atlas de la production française pour la construction biosourcé, pas pour la première transformation mais pour les produits finis, type la dalle tourillonnée de Sertelet, le Panobloc, le Blokiwood et tant d'autres. Les réseaux sociaux et internet ne règlent pas tout.

 

Postez un commentaire