Le pin maritime au plus haut dans le sud-ouest

Source:
RW/Fordaq
Visites:
500
  • text size

Pin maritime

Les prix du pin maritime ont grimpé de 15% sur un an. (Foto: Robert Wood)

C’est l’emballement des cours du pin maritime dans le sud-ouest. Les propriétaires gascons et ceux de toute la côte atlantique de l’Hexagone n’avaient pas connu un tel engouement depuis de nombreuses années. « Les tarifs pratiqués sur la fin de l’année 2017 nous ramènent une trentaine d’années en arrière », constate André Bordes Vidal, un vieux forestier landais de 98 ans qui pratique la sylviculture depuis plus de 70 ans.

De leurs côtés, les industriels reconnaissent que l’environnement économique actuel est très favorable aux échanges commerciaux. Ce constat, François Guiraud, le président de la Fédération des industries du bois d’Aquitaine, l’a fait fin 2017 lors de l’assemblée générale de la Fiba. « Après une baisse de la consommation en 2016, les conditions de marché incitent maintenant à une augmentation de production, les perspectives tant nationales qu’internationales s’y prêtant. »

De fait, excepté le bois énergie toujours à la peine depuis 3 ans déjà, la plupart des autres produits bénéficie d’un climat d’affaires plutôt encourageant. Ainsi  dans le secteur des sciages, après une réduction de fabrication sur 2011-2016 en Aquitaine (-30% d’activité, 1 million m3 sciés en fin de période), la reprise est là depuis le 1er trimestre de 2017. La forte demande en débits à palettes, principal débouché en bois d’œuvre du pin maritime, explique cette évolution. Dans le même temps, la construction a redémarré. « Les prévisions pour ces deux secteurs sont bonnes pour 2018 », estime la Fiba.

Par ailleurs, la consommation de petits bois de trituration a pris 1% de plus en 2017. Un regain de croissance est également signalé dans les unités spécialisées dans la chimie verte. Ces bonnes nouvelles touchent aussi les usines de panneaux de particules du massif landais qui tournent à pleine capacité. Enfin, dans la branche des contreplaqués, la progression de la demande, conjuguée à la baisse de l’utilisation des bois tropicaux, stimule l’activité.

Moins de bois, plus de demande, prix en fortes hausses

Mais l’élément le plus important déterminant l’embellie sur le pin maritime en forêt vient de l’état de la ressource. Or, sur tout le massif landais celle-ci manque car, après les deux tempêtes majeures de 1999 et 2009, la moitié de la disponibilité en bois a disparu en l’espace d’une décade. Cette pénurie de matière ligneuse touche surtout les gros bois et c’est sur ce secteur spécifique que les tensions apparaissent les plus vives aux ventes de bois.

En conséquence de tous ces facteurs agrégés, les prix du pin maritime flambent en forêt. Sur l’exercice 2017, les tarifs des grumes et des billons ont grimpé de 15% en moyenne Ainsi, aux adjudications de l’ONF, après un recul de 3,5% à 8,5% selon les catégories en 2016 et sur un an, les cours des grumes sur pied ont augmenté en moyenne de 14% sur 2017. Les invendus (50% des volumes en 2016) sont passés à 15% sur le 2ème semestre de l’année dernière.

Une tendance haussière identique s’observe en forêts privées avec même des augmentations encore plus fortes (voir tableau ci-dessous). Ainsi, à la vente des experts forestiers du 29/11/2017 à Labouheyre (Landes), 12 articles sur 56 ont dépassé 45 euros/m3 sur pied et un record à 50 euros/m3 sur pied a été atteint.

Tableau :

LE PIN MARITIME PROCHE DES 50 €/M3 DANS LES LANDES DE GASCOGNE

Prix en bloc et sur pied en euros/m3 sous écorce

Adjudications organisées par les experts forestiers du Sud-Ouest

Volume Unitaire en m3

4 T 2016

2 T 2017

4 T 2017

Évolution à 7 mois

Évolution à 12 mois

0,5

32,5

37

37

+13,8%

+13,8%

0,75

34,5

37

40

+8,1%

+15,9%

1

35

39

42

+7,7%

+20%

1,25

37

38

44

+15,8%

+18,9%

1,5

39

40

45

+12,5%

+15,4%

1,75

40

41

46,5

+13,4%

+16,3%

2

41

41

47,5

+15,9%

+15,9%

Source : Robert Wood, d’après CRPF Nouvelle Aquitaine

Postez un commentaire