Opalia : le bois entre à Paris par la petite porte

Source:
Fordaq JT
Visites:
599
  • text size

Alternativtext

Opalia remplace un écran acoustique et adopte sa hauteur en bout de bâtiment, puis s'élève progressivement en tournant vers l'avenue de la Porte d'Ivry  (Photos: JT)

Ce premier  R+7 tertiaire bois de Paris, qui illustre une certaine forme de mixité technique, va être incessamment livré à différents services municipaux. Placé comme il est en bordure directe du périphérique, et en comparaison de fait avec le nouvel immeuble de facture plus traditionnelle Passio, juste en face, Opalia peut devenir un formidable levier de prescription s'il fait ses preuves. 

Aux étages supérieurs, côté nord, la vue embrasse le quartier Masséna toujours exempt ou presque de bois, et le chantier retardé des tours Duo de Nouvel. Il faut se rendre à l'évidence, malgré le ramdam de Réinventer Paris qui n'a abouti jusqu'ici qu'au dépôt récent d'un premier permis de construire : la zone urbaine de Paris est massivement maçonnée. Il était clair que cela n'allait pas changer du jour au lendemain, mais tout de même, on a l'impression que les choses évoluent à la vitesse d'une tortue, et, à l'image du marché, à l'opposé des grands discours de transition énergétique. 

Alternativtext

Bédier Ouest ou Passio dialogue à peine avec Bédier est ou Opalia, sinon par les double façade vitrées qui donnent directement sur le périph'. 

La mairie de Paris n'a pas choisi délibérément Opalia comme un démonstrateur. Elle poursuit pas à pas une politique de regroupement des services et de valorisation foncière des parcelles les mieux placées. L'achat de Opalia et Passio lui coûtera quelque 200 millions d'euros, sachant que la ville se porte propriétaire de ces deux parcelles en bordure du périphérique, de part et d'autre de l'avenue de la Porte d'Ivry. Les deux bâtiments ayant été lancés juste après la crise financière, on peut estimer que la mairie n'avait pas non plus l'embarras du choix, du moins en neuf et dans un cadre répondant à ses enjeux de valorisation immobilière. De fait, Steven Ware, l'architecte d'Opalia (Art&Build), rappelle que personne en 2011 ne se risquait plus à lancer un bâtiment tertiaire en blanc. Ce personne, c'est Buehlens, un promoteur belge très discret, qui a fait ici office de maître d'ouvrage, rachetant d'un coup les deux parcelles mitoyennes à la SEMAPA, lançant deux opérations et trouvant un client de choix, la mairie, pour acheter les deux projets en VEFA. Gageons que s'il avait su cela assez tôt, il aurait harmonisé l'expression architecturale des deux bâtiments par ailleurs très inégaux. Le gros morceau, c'est Passio, Bédier Ouest, qui abrite sur son socle des services municipaux techniques, invitant tout naturellement à poursuivre l'ouvrage tertiaire en béton. Le projet répond à l'exigence Plan Climat, BBC et HQE par une façade polygonale ramassée et en meurtrières, un bâtiment qui tourne un peu le dos au périph', centré sur son vaste atrium protégé. Opalia doit répondre à une contrainte béton un peu moins forte, mais il faut tout de même créer un parking pour garer les voitures qui disposaient aupravant d'un espace derrière le mur anti-bruit qui protégeait une barre de logements par ailleurs rénovée récemment en ITE. Pas la place par contre pour un "Passio/Patio", juste un écran en forme de main protectrice pour remplacer l'ancienne protection acoustique.

Alternativtext

Le tournant ouvert est une bonne idée mais il faut se barricader contre les dealers, migrants etc. Beau mariage de l'acier et de la façade bois y compris en sous-face. 

Au moment où Steven Ware a l'outrance de proposer un bâtiment bois tertiaire en R+7, cette démarche n'est pas révolutionnaire en elle-même, ni à l'international, ni même en France. Mais à Paris, oui. Lipsky et Rollet ont eu la chance de tomber sur un maître d'ouvrage indien et pressé pour réaliser un multi-étage en bois à la Cité universitaire. Dans le quartier de la BNF, on semble tout à fait content de bâtir des tours en béton sur un socle en béton qui va nous servir de refuge à la prochaine guerre. Dans la ZAC Bédier, il faut sans doute la conjonction d'un plan-cadre teinté d'environnemental, le culot de ce promoteur belge et l'opiniâtreté de l'architecte britannique. Ce dernier a déjà tenté en vain d'imposer le bois à Sofia Antipolis, puis chez Renault. Son agence spécialisée dans le médical trouve enfin avec Opalia l'occasion de placer son approche, et c'est tout bénéfice car dans la foulée, elle sera retenue pour la tour Silva de Bordeaux, entre autre. 

Alternativtext

Comptoir d'accueil qui laisse entrevoir le procédé de cintrage par enlèvement de matière. 

Steven Ware a beau tenter de placer du CLT depuis 2009, Opalia est son premier grand projet et c'est tout de même une gageure de monter d'emblée à R+7. Surtout que l'appel d'offres lui livre l'entreprise Briand Construction Bois plutôt spécialisée dans les bâtiments logistiques en poutre BLC. Briand va convaincre Ware que sept étages sur CLT porteur, cela ne marche pas. Certes, il existe des références, mais l'architecte a la sagesse d'écouter l'entreprise, qui par ailleurs propose une variante intégrant des solutions en acier. De l'autre côté, le contractant général Quartus (sur les deux Bédier, le promoteur devient maître d'ouvrage et le rôle du contractant est repris par un autre promoteur) va imposer un gros noyau en béton avec parpaing, ce qui rallonge le planning de 4 mois. Selon Steven Ware, le choix du bois renchérit le poste études, immanquablement. Mais ce chantier montre qu'en fait, le surcoût n'est pas compensé par le raccourcissement du délai de chantier, même si Opalia livre les clefs avant Passio.

Alternativtext

Le CLT de KLH habille les poteaux, les poutres sablières, les menuiseries  

Tout de même, et même pour KLH, du moins son antenne Lignatec en France, Opalia est une référence, dans la mesure où le CLT est travaillé et préfabriqué comme de la dentelle, pour rester ensuite largement apparent. Les panneaux ne sont pas porteurs, certes, côté périphérique, mais réduits à une épaisseur qui en fait un support de double peau métallique et de menuiseries pré-intégrées. De même, la charpente porteuse en acier est habillée de CLT. Le CLT en façade assure l'étanchéité à l'air. Entre niveaux, le recours à une poutre de rive en acier, protégée contre le feu et rendu agréable au regard par un capotage en CLT, va éviter un rabaissement des baies. Côté cours, Ware choisit l'ossature bois et insiste pour une allège suffisamment haute, qui permet en retour de relever les baies de l'étage en-dessous. Dans certains cas, le projet recourt à des poteaux creux en acier remplis de béton, discrets et efficaces. 

Alternativtext

Plateau semi-ouvert : CLT apparent, gaine de ventilation, poutre de support de refends, alimentation électrique apparente sous toiture végétalisée. Poteaux acier-béton.

L'audace se situe dans l'évacuation de la chape. Contrairement par exemple à l'immeuble Weber de Nanterre par Pascal Gontier, le CLT est directement apparent en sous-face, et il supporte un plancher technique couvert d'une épaisse moquette. En conséquence, les partitions de ces espaces à haut plenum anglosaxon tout à fait adapté à l'open space sont finalement largement cloisonnés par des systèmes métalliques et vitrés amovibles. Le fond sonore routier, la ventilation très classique et la moquette devraient se conjuguer pour rendre les bruits d'impact inaudibles. Dans quelques bureaux exposés, des petits îlots absorbants ont été rajoutés pour augmenter l'absorption. Les toitures plates vont être végétalisées. 

Alternativtext

Plateau ouvert : BSO, moquette sur plancher technique, joint creux derrière l'habillage du poteau, joint creux pour l'habillage de la poutre acier. 

Le bâtiment bénéficie d'une largeur de 12 m qui offre un bon premier jour, les fenêtres s'ouvrent, des petits balcons pour les fumeurs ou les abeilles ont été aménagés en métal, animant la façade cours. Le revêtement de façade est en bois, du pin pré-grisé et traité autoclave de Piveteau. C'est pas très courant à Paris. A l'origine, la prescription était différente, mais selon l'architecte, le projet a buté sur l'interdiction de mettre en oeuvre de l'enduit sur ossature bois à partir d'une certaine hauteur. 

Alternativtext

Steven Ware sur un balcon côté cours. Le revêtement bois dialogue avec le beau nouveau bardage brique, qui dialogue avec d'autres ouvrages de la ZAC Bédier 

Un démonstrateur ? Oui et non. Même s'il respecte le Plan Climat parisien, le niveau BBC et enter dans la certification HQE, Opalia livré n'est déjà plus au goût du jour en matière énergétique. La double peau est efficace sur le plan acoustique et permet de sécuriser les BSO. Mais la longue façade côté périph' est exposée au sud et avec peu d'inertie, d'autant que la première peau est vitrée. Il va falloir climatiser. Le geste architectural est quelque peu entravé par celui de Bédier Ouest. La préfabrication en CLT est une performance, mais insuffisamment exploitée dans le sens où le parpaing retarde le chantier. Steven Ware raconte cependant qu'un client est venu visiter les lieux en prévision d'une installation dans un autre immeuble en bois nantais de l'architecte, et qu'il a tout de suite dit banco tant le style est aujourd'hui tendance start up. 

Alternativtext

Opalia permet de créer un beau jardin protégé. 

Pas tant démonstrateur que laboratoire, Opalia, y compris en vue de la tour Silva de Bordeaux, loin d'être finalisée. C'est toute la difficulté du marché actuel, on a tendance à se focaliser sur des projets spectaculaires et futurs sans prendre suffisamment en considération le peu de références actuelles et plus modestes. Car la situation actuelle est peu ou prou celle-là, qu'un lamelliste décroche un marché tertiaire CLT et qu'il va dire que ça ne peut pas marcher sur 7 étages en CLT porteur. 

Alternativtext

Bardage bois pré-grisé : quelle aubaine que la DPA de Paris l'aura sous le nez (surtout si ça vieillit bien)

Il faut ajouter que Steven Ware est actuellement en pointe dans la réflexion sur le cintrage des panneaux et à terme du CLT. Il applique une technique de luthier qui revient à multiplier les perforations avec l'angele de courbure. Pour compléter ce laboratoire opalia, la banque d'accueil exemplifie le procédé.

Alternativtext

Pour la bonne bouche : voilà à quoi peut servir une opération de rénovation énergétique par ITE dans le quartier 
Postez un commentaire