Le Glulam Handbook, lecture pour l'été

juillet 06, 2018
Source:
Fordaq JT
Visites:
277
  • text size

Malgré un atelier dédié à Dijon, la mise en ligne du Glulam Handbook est presque passée un peu inaperçu dans l'actualité du Forum puis du CIB. C'est pas juste, car il s'agit d'un double gros travail réalisé d'abord par les Suédois de Swedish Wood, puis par l'équipe dirigée par Dominique Millereux pour l'adaptation. Un ouvrage technique en trois volumes, une somme, bien présentée et bien illustrée et surtout, tout est en ligne ! Du pain béni pour les jeunes qui feront la filière de demain et un formidable cadeau de départ de Dominique Millereux à la filière. 

Pourquoi cet ouvrage ? Les Suédois sont passés maître de la fourniture de lamelles de résineux calibrées, séchées et à performance mécanique contrôlée. Pas étonnant qu'ils règnent sur le marché français des fournitures aux lamellistes depuis de longues années, notamment par l'intermédiaire de SCA. Cependant, ce segment de marché a connu des périodes plus fastes et cherche un second souffle. En fait, le BLC a débouché ces derniers temps sur des variantes en bois collés qui font l'actualité : le BMA KVH allemand, les poutres Duo, Trio, le CLT autrichien, sans oublier le LVL. Les bois collés sont partout mais plus forcément dans le cadre étroit assigné à la notion de lamellé-collé. Le lamellé-collé est devenu une variante du bois collé, sécurisée mais un peu engoncée dans ses formats, et la réalité des chantiers, c'est de plus en plus l'association d'éléments lamellé-collés et d'autres bois collés. Notamment l'association collée de BLC et de CLT dans la version dite nervurée. Ce n'est pas ce dont traite en premier lieu le Glulam Handbook, où il s'agit plutôt de fournir un vademecum parfait pour le métier historique des structures porteuses. Du connu, de l'élémentaire, du solide. 

La version initiale remonte à 2013 et elle est le fait exclusif de spécialiste scandinaves au sens large (Finlande, Suède, Norvège). 

Dans le volume 1, Claire Leloy revient sur la vénérable histoire de ce procédé, le seul qui fasse un peu avancer le bois dans une période contemporaine entièrement dédiée au béton en matière de construction. Les informations de base, suédoises, on fait l'objet d'adaptations à la situation française. 

Le volume 2 est impressionnant avec ses 350 pages d'approche technique sous l'égide de Laurent Lemagorou de FCBA. 

Eric Sauvignet du bureau d'études BE2S a été en charge du troisième volume réservé aux calculs. 

La question qui se pose tout de même, c'est comment remettre le BLC au goût du jour. La gare TGV de Lorient montre la voie mais on ne pouvait pas non plus la mettre en couverture vu que l'ouvrage est en douglas. L'arc n'est plus tendance, ni la barre droite, mais plutôt les éléments adoucis, arrondis, une charpente pas trop imposante, surtout sans trop d'assemblages apparents, des portes-à-faux. En fait, les architectes doivent réapprendre à exploiter le BLC et ces trois volumes ne sont qu'un point de départ. Le site Glulam.org apporte lui aussi sa contribution. Peut-être que l'enjeu du BLC feuillus peut relancer l'inventivité mais cela sort évidemment du cadre de cet ouvrage et d'ailleurs, une norme pour ancrer l'approche feuillue en BLC est toujours en attente. Qui sait d'ailleurs si les Scandinaves sont pressés de pousser l'avènement de telles normes en Europe.