À quand une reprise dans l'emballage?

Source:
RW/Fordaq
Visites:
444
  • text size

Début 2017, les professionnels attendent toujours une reprise dans l’emballage

Dans le secteur de l’emballage, l’année 2017 sera-t-elle meilleure que 2016 ? La réponse à cette question n’est pas facile d’autant que se profilent des élections aux résultats incertains qui rendent toute conjecture encore plus aléatoire. Dans un contexte d’économie molle, la plupart des professionnels fabricants de palettes et autres caisseries évoquent toujours un manque de visibilité avec deux caractéristiques majeures : un marché stagnant et des commandes au jour le jour de la part des industriels consommateurs d’emballages.

«Cela implique que les fabricants de palettes deviennent des stockistes pour leurs clients. Chez moi, par exemple, mon stock a augmenté de 30% en 3 ans et représente aujourd’hui l’équivalent du quart de la valeur de mon CA. » Gérant de la Palette Comtoise, une société qui fabrique 600 000 unités/an dans l’est, Bertrand Jacquot observe que ses clients tournent dorénavant en stock zéro ce qui l’oblige à être très réactif en cas de problèmes dans la gestion de leur logistique. « En terme de résultats, mon CA est identique à celui de 2015, avec toutefois une légère progression de la marge. Pour 2017, je n’ai pas de visibilité, je ne sens pas les marchés porteurs et, comme mes collègues, je suis dans l’expectative.

L’Observatoire Économique France Bois Forêt confirme son analyse. Dans la fabrication de palettes, la production a chuté sensiblement en fin d’année (-5% par rapport au trimestre correspondant de 2015). Dans l’emballage léger, les professionnels constatent une légère contraction des prix de ventes et une nette réduction des plannings de travail (1,4 semaine d’avance contre 2 semaines au 2ème trimestre 2016). Le secteur de la caisserie et de l’emballage industriel a connu lui aussi un ralentissement avec une baisse de 3% sur le CA du 3ème trimestre 2016.

Cependant, dans certaines régions il semble que l’année 2017 démarre sur de meilleures bases que celles de 2016. « Après un dernier trimestre 2016 en dents de scie, je note une amélioration significative depuis la rentrée de janvier. » Fabien Sales dirige une scierie spécialisée dans les débits d’emballage-caisserie dans le Massif Central. Pour son entreprise, l’exercice 2016 n’a pas été catastrophique mais il le qualifie de très instable avec des périodes très contrastées et sans régularité dans les commandes.

Le début d’année lui donne donc un peu d’air. « Mon mois de février a été pratiquement bouclé 4 semaines à l’avance ce qui ne m’était plus arrivé depuis longtemps. » Cela tombe bien pour ce scieur. En effet, en 2016 il a investi afin d’augmenter sa productivité en tablant sur une progession de volume d’affaires au minimum de 15% alors qu’en réalité, il n’a fait que +7%. « Insuffisant pour rentabiliser mon investissement », commente-t-il.

Serge Bout, un autre scieur lozérien lui aussi spécialisé dans les sciages à palettes et d’emballages, apporte un commentaire plus nuancé. «Après une année 2016 difficile où j’enregistre une diminution de 2% à 3% de mon CA, le mois de janvier a été très actif. En revanche, le niveau d’activité recule de nouveau en février et cela ne me laisse pas spécialement optimiste pour la suite.»

Ce contexte d’atonie générale chez les fabricants explique pourquoi les scieurs fournissant des planches de caisserie-emballage ont vu les prix de leurs assortiments fléchir tout au long de 2016 (voir tableau ci-dessous). « Les effets de la baisse des tarifs des sciages se trouvent encore amplifiés par des pressions négatives sur les prix des PCS, notamment sur les plaquettes », confirme un scieur. Dans ces conditions, même si une légère reprise est signalée en ce début d’année par quelques professionnels, la tendance générale reste maussade pour les mois à venir.

  LES PRIX DES SCIAGES EN EMBALLAGE-COFFRAGE

                        Choix 4, Planches 27 mm, Prix HT en euros/m3 et par camion départ

Essence 

Prix 2016 T3 Variation T2/T3  Variation sur 1 an

Sapin-Épicéa

125        -4% -8,6%

Pin Maritime

119          -1,7%     0,7%

Pin Sylvestre 

139 -1,5%   -7,5%

Peuplier (1)

159 -0,7% -2,6%

(1) qualité emballage-palette

Source : CEEB

Postez un commentaire