Label E+C- : refonte du référentiel en vue

Source:
Fordaq JT
Visites:
430
  • text size

20 septembre dernier, conférence de presse au Ministère de la Cohésion des Territoires, avec le Ministre Jacques Mézard et le Secrétaire d’Etat Julien Denormandie. Ce dernier annonce un "gel des normes techniques durant le quinquennat", un maintien des textes votés mais un décalage de deux ans du passage au Bepos dans le neuf, désormais repoussé à 2020, tout en ne surinterprétant pas les directives européennes. Cela laissait penser que la formule E+C- serait revue, d'autant que le gouvernement annonçait alors une concertation qui se prolongerait jusqu'à la fin de l'année 2017. A l'occasion du colloque Enerjmeeting 2018 organisé à Paris par le groupe Batiactu, Julien Denormandie a, selon Batiactu, annoncé "une révision du référentiel, pour faire en sorte que l'on puisse décroiser les critères énergie et carbone".

En citant Batiactu : "Concrètement, il convient de soutenir l'innovation dans la préparation de la future réglementation. Dans le cadre de l'expérimentation E+C-, certains retours d'expérience montrent que les professionnels qui veulent pousser un critère énergie, sont parfois bloqués par le côté carbone et de la même façon ceux qui veulent pousser un critère carbone, sont bloqués par le coté énergie. "Ce qui est absurde, c'est qu'on est à un stade expérimental", a confié le ministère en marge de l'événement. C'est pourquoi, selon Batiactu, ses services "vont bientôt coproduire avec les professionnels un dispositif, où il y aura bien entendu un socle minimal à respecter, mais qui laissera sûrement plus de liberté de mouvement entre l'énergie et le carbone mais aussi de "capacité d'initiative". Le gouvernement entend inclure plus d'innovations dans la future réglementation."

Quelles conséquences pour la construction bois ? Pour le bois dans la construction ? Pour le bois énergie ? Trop tôt pour le dire. Mais cette annonce fait marquer un temps d'arrêt aux FDES qui par ailleurs butent sur l'opposition de tous les autres pays européens. En d'autres termes, l'approche maximaliste et en solo des fiches de données environnementales et sanitaires répertoriées dans la base INIES du CSTB, et qui suivent une approche craddle to craddle à la différence des DPE européennes, va devoir chercher une nouvelle validité et de fait, comme le label E+C-, par manque relatif de fiches FDES, applique le plus souvent des valeurs pénalisantes par défaut, y compris notamment pour le bois dans la construction, une remise à plat du référentiel E+C- n'est pas, pour la filière bois, en soi, à craindre. 

 

Postez un commentaire