Batimat 1er jour

Source:
Fordaq JT
Visites:
424
  • text size

Quand on arrive du RER vers le hall 6, le regard tombe sur du bois, côté gauche. Mais cela ne fait pas l'effet passé du coin charpente du hall 1 de la porte de Versailles, avec son effet un peu baraque soigneusement séparé par l'escalator des stands monumentaux et léchés des industriels du métal ou de la couverture, Le côté petit village gaulois avait certes laissé place en partie à des scénographies plus soignées mais il y avait de la place pour tout le monde. Ce que l'on aperçoit hall 6, ce sont des stands bois un peu disséminés mais soignés, voire, comme dans le cas du CSTB, des stands qui évoquent le bois sans en être. Il y a une sorte d'allée royale nouvelle, qui relie le hall 6 et le hall 5a, et PiveteauBois y tient la dragée haute vis-à-vis de Saint Gobain, le stand a plus que jamais de l'allure. D'ailleurs, cela se mesure très bien aussi à l'aune de Simonin. Simonin avait quand même un peu réduit la voilure ces dernières éditions dans le contexte de crise, mais là, le stand est de toute beauté, y ajoutant de surcroît une interprétation technique de la construction bois de grande hauteur saisissante. CBS-CBT, particulièrement bien placé, conçoit le stand dans l'esprit d'une offre qui évolue de plus en plus vers le produit fini, peint. Certes, cela n'a rien à voir avec l'immense et incroyable installation de Schüco hall 5A (qui se bat en duel avec Wicona et Technal). 

Pour le reste, le bois est dispersé. On trouvera comme par le passé Hundegger et Mac Diffusion au coeur de la zone, y compris des fabricants de vis. Si Dietrich's est excentré c'est pour des raisons contingentes. Hall 5A, en marchant un peu, on trouve des fabricants de machines, enfin des stands minimaux de Biesse et Homag, qui mettront le paquet à Eurobois (800 m2). Il y a aussi quelques rares acteurs de la menuiserie en bois, bien loin du hall dédié et de fort passage qui reliait le hall 1 de la Porte de Versailles aux autres halls. Et si on poursuit vers le 5b, on tombe sur des stands d'outillage comme Mafell, puis des stands de visserie et accessoire au fond du 5b, comme Eurotec. Il faut cesser de s'interroger sur la logique de ces choses. Il n'y a plus de catégorie Bois et produits à base de bois dans le rubricage de la liste des exposants par produits, du guide officile. Mais dans ce contexte un peu chaotique, on est un peu forcé de chercher l'info au coup par coup.

Chez CBS-CBT, on apprend cette orientation vers les finitions, notamment les peintures silicate de Keim, les effets brossés, un nuancier de plus en plus varié. Et aussi l'actualité constructive, une résidence en cours à Chanteloup-en-Brie, une tour en bois à St Denis qui n'attend plus que la conclusion des ventes d'appartements en VEFA pour démarrer. Les tours, c'est drôle on ne cesse d'entendre parler de nouveaux... projets, mais à force, ils vont bien finir par aboutir ici et là. 

Siat a partiellement achevé son équipement en séchoirs et compte se lancer dans la transformation de bois sec, sans trop de précisions pour l'instant: raboterie, bois collés... Chez Charm'ossature, l'arrivée du CLT n'est pas perçue comme un problème, le fabricant intègre ce composant dans la prestation. Le CLT est perçu comme performant en planchers, ce qui veut dire qu'à ce stade, les opérations qui se tiennent mixent volontiers planchers CLT et structure porteuse en poteaux ou ossature. Hundegger a pris le pli du CLT en lançant un nouveau portique d'usinage. Simonin voit que le poteau-poutre bois domine les projets de tours en bois, mais que cela revient à concentrer des efforts colossaux de charge en certains point. Pour éviter des renforcements disgracieux en ferrures, Simonin propose de coupler sa démarche Resix avec des éléments nodaux massifs en acier, et le démontre grandeur nature sur son stand. Par ailleurs, Simonin étant largement son concept de caissons isolants à une offre de caissons grand format hors d'eau, où il ne manque plus que la couverture en tuile. Unilin n'est pas là pour lui répondre. Alsafix joue intelligemment sur cette offre de pointes en hêtre, fruit d'une R&D embarquée. Pour l'heure, il s'agit surtour d'un produit de menuiserie qui a l'avantage de permettre un rabotage ultérieur. L'efficacité de la fixation reste inférieure à celle de pointes en métal. Il faut utiliser un outil pneumatique spécifique. Il n'y a pas cette année de stand commun des Vosges, mais c'est tout comme avec quatre acteurs qui s'en partagent un, dont Fibre Premium qui est bien présent. 

L'Allemand Eurotec, perdu au fond du hall 5b, est un spécialiste de la visserie pour la construction bois, comme tant d'autres allemands, mais aussi et surtout un acteur de la terrasse bois, avec une offre complète dont des rails en aluminium qui sont le best seller de l'année écoulée. Cher Tigerstop, l'approche ancienne du trançonnage 3D est couplée avec un logiciel permettant une production semi-automatique. Tiger disposent d'outils à partir de 15 000 euros mais ce tronçonnage 3D à poussoirs, qui transforme des barres de 13 m, comble la case de l'équipement "sous speed cut" à 45 000 euros. Le bois alu est très honorablement représenté par les Slovènes de M Sora, spécialistes du bois-alu passif. leurs représentants en Rhône-Alpes ont aussi la carte Pirnar, qui associe le bois à des approches derni cri pour des portes d'entrée à reconnaissance digitale par exemple.  

 

 

Album : 

Mafell développe les solutions de découpe d’isolants. Pas facile, car il faut trouver des solutions polyvalentes, saines et permettant d’effectuer des découpes complexes si possible car l’efficacité de l’isolant dépend de sa capacité à tout colmater et plus l’isolant est épais, plus un petit défaut peut devenir une source de désordre, concentrant par exemple la condensation. Quant à savoir si Mafell a prévu cet outil pour le chantier, pas sûr. Il convient tout aussi bien en atelier. Maintenant, ce qui reste à développer, c’est la machine de coupe d’isolant à commande numérique, l’agrégat spécifique. Cela semble évident maintenant mais jusqu’à présent on n’a rien vu venir. L’autre point sensible étant la génération de poussières, et on voit bien sur l’image que l’outil en absorbe une grande partie, mais qu’il est très difficile d’en générer le moins possible.

 

Tigerstop, la tronçonneuse à poussoir de toujours, tranquillement installée sur son créneau infra-automatique, malgré la concurrence de Stromab. A présent, en couplant ses outils à des logiciels performants, l’automatisation progresse.

 

 

Le Slovène M Sora est le champion passif de l’ex bloc de l’Est en matière 

de menuiseries. Notamment pour le bois-alu où les profils sont massifs et se démarquent de l’offre française. Facile dans ces conditions de caser un triple vitrage, facile aussi dans le respect des performances, sanctionné pour l’une des nombreuses versions de M Sora par un premier prix du concours PassivHaus 2014, les carrelets ayant par ailleurs été thermotraités. A remarquer également, la perforation sur mesure des carrelets pour ajouter de l’air donc de la performance thermique.

 

 

 

 

Pirnar, autre Slovène, se propulse sans complexes dans la porte d’entrée de demain avec reconnaissance digitale qui fait sortir le bâton de maréchal. My home is my castle. L’approche thermique réduit le rôle du bois à la décoration.

 

 

 

 

 

 

Biesse est venu à Batimat à vélo, préférant montrer cette fois-ci ce que ses outils savent faire. Le bruit, c’est pour Eurobois. Homag a fait pareil. D’ailleurs, chez Hundegger et Mac Diffusion, autorisés une nouvelle fois à coller au dernier carré des scieurs du bois, les machines ne tournaient pas.

 

 

Dietrich’s a changé de look mais conserve son bleu de Bavière caractéristique. L’éditeur de logiciels met l’accent sur ses outils de contreventement de l’ossature bois, mais tout est prêt pour le bon vers le CLT, tout à déjà là en puissance, simplement, ses clients français sont de fait encore concentrés sur l’ossature. Il faut bien prendre en compte cette réalité du marché français qui communique sur les tours en bois alors que le tissu survivant des entreprises en est encore à équiper ses ateliers d’outils de base. D’un autre côté, il ne s’agit pas de freiner le sens de l’histoire. Mais la grande question, c’est de savoir comment associer ce tissu des entreprises françaises à l’évolution de l’histoire.

 

Résille spectaculaire à l’entrée du hall 5a. Déjà présente au congrès Woodrise de Bordeaux, cette résille se prête particulièrement bien à des présentations sur des salons. Mais qui sait si demain on ne va pas fabriquer des maisons avec ? En commençant par des ouvrages éphémère, la sorte de tente du jardin pour l’été. Invention française, avec à la clef, à inventer, la vie qui va avec.

 

Schmid Schrauben a pu coller au carré du bois, d’autres acteurs de la visserie se retrouvant bien loin, dans le hall 5b. Cela traduit pour Schmid la volonté d’atteindre de préférence des acteurs du bois. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Postez un commentaire