Bade-Würtemberg : le point sur le marché des feuillus

Source:
Fordaq MK/Fordaq JT
Visites:
346
  • text size

Les discussions autour du marché des feuillu ont réuni le 28 septembre dernier des représentant de la fédération des scieurs et industriels du bois du Bade-Wurtemberg (VSH) et différentes catégories de propriétaires forestiers, grands propriétaires, communes forestières, chambre régionale de la forêt, office régional ForstBW. 

Les scieurs demandent que les volumes soient regroupés sur le plan régional

La commercialisation particulière du bois dans cette région fait l'objet d'une démarche anti-cartel visant les autorités régionales. Les scieurs ont souligné à quel point ils estime importante la fonction exercée jusqu'ici par les autorités régionales, qui permettait de regrouper les volumes, ceci étant particulièrement important pour le secteur feuillu, dans la mesure où dans cette région, les différents lots de feuillus représentent souvent de faibles volumes. C'est pourquoi ils attendent impatiemment une solution qui permettent de garantir ces approvisionnements groupés à l'avenir. Pour que l'on puisse continuer à écouler les volumes des forêts privées et communales, ils estiment indispensables que les propriétaires forestier commercialisent eux-mêmes leurs ressources de façon directe. 

Compte tenu de la situation économique favorable en Allemagne, les scieries font preuve d'un optimisme prudent. L'emballage et la construction connaissent tout particulièrement une demande soutenue. Il n'empêche que le marché des feuillus reste dominé par l'export. Le marché domestique de sciages de feuillus souffre de marges faibles et n'a quasiment pas pu accroître ses volumes. 

Chêne C plus cher, frêne et hêtre stables 

Le chêne reste bien l'essence la plus demandée et elle est considérée comme de première importance par les scieurs. Les prix vont encore augmenter, tout particulièrement en qualité C. Les scieurs demandent aux propriétaires forestiers de faire valoir la modération dans les hausses. Par ailleurs, ils aimeraient pouvoir acheter plus de volumes en direct.  

Le marché européen peine toujours un peu à absorber les sciages de frêne, dont les prix sont stables. Par contre, l'export vers l'Asie de sciages de frêne marche bien. Il en va de même pour l'export de grumes de frêne notamment vers le Vietnam. Du côté des forestiers, on s'attend à une récolte de frêne égale en volume à celle de la saison dernière et la précédente. les deux parties, amont et aval, s'accorde sur une stabilité des prix pour les grumes. 

Le hêtre fournit de loin les plus gros volumes de bois feuillu, et la commercialisation fonctionne à un niveau de volume stable. Cependant, il n'a pas été possible de redresser des marges qui sont faibles depuis plusieurs années déjà. les deux parties, amont et aval, tablent sur des prix stables en général. Les meilleures qualité seront peut-être gratifiées d'un bonus, tandis que les qualités C/D sont plutôt légèrement sous pression. Le hêtre, pour qui l'export outre-mer est primordial, a fort à faire avec les fluctuations des coûts de fret. A présent que débute la saison des feuillus, voilà que les prix des conteneurs, qui avaient atteint un sommet en avril dernier, connaissent un net repli. C'est pourquoi les exportateurs sont friands de chargements précoces. 

En ce moment, la situation s'est un peu améliorée en ce qui concerne l'export de l'érable, mais nul soubresaut n'est notable pour le merisier et la consigne de limiter l'abattage de merisier reste en vigueur. Il en va de même pour l'aulne. 

Si l'on se réfère à la palette complète des essences, le chêne occupe actuellement une place particulière pour les scieurs. Les propriétaires forestiers sont conscients de leur responsabilité en matière d'approvisionnement des scieries, et ils s'engagent à maintenir l'export à un bas niveau. 

Postez un commentaire